Innovation et réussite pour la famille Poirot

Pour les entreprises vosgiennes, le salon Bâtimat représente une véritable vitrine sur l’extérieur.

Journaliste Adeline ASPER du quotidien Vosges Matin le 08/11/2013

Dans le milieu ultra-concurrentiel du bâtiment, les entreprises innovantes tirent brillamment leur épingle du jeu.
Parmi elles, le groupe Poirot.


PARIS

Permettre aux entreprises de commander, en quelques clics leurs charpentes, appentis et autres extensions bois. Offrir aux professionnels un outil simple et performant.

yan-poirot-dirige-l-entreprise-familiale-avec-ses-deux-freres-le-groupe-poirot-est-nomine-deux-fois-cette-annee-photos-philippe-briqueleur

Voilà l’idée d’Ossa Kit Pro, gamme de structures bois en kit permettant aux constructeurs de rester maîtres d’œuvre de leurs projets tout en profitant d’une application simple et surtout révolutionnaire. L’idée, novatrice et développée cette année par les Vosgiens du groupe Poirot, a séduit les professionnels du salon Bâtimat à tel point que l’entreprise a été nominée dans la catégorie « Gros œuvre » du concours de l’innovation Bâtimat 2013. « Cela a été une grande satisfaction pour nous, explique Yan Poirot, co-gérant avec ses frères Michael et James de l’entreprise bressaude. L’investissement de base a été très important et les retours commencent aujourd’hui à arriver. » Pour preuve, une vingtaine d’entreprises françaises travaille aujourd’hui avec le système Ossa Kit Pro. Mais les Vosgiens voient plus haut, beaucoup plus haut. « On vise 80 % du marché pour les structures simples , ajoute Yan Poirot. Aujourd’hui, il faut apporter autre chose que le mur simple ou la barre aboutée. Sinon, on est dans la masse et on ne s’en sort pas. »

En pleine croissance, avec un développement affichant 60 % par an, Lorraine Industrie Bois, filiale du groupe Poirot, se porte bien. Mais pour autant, pas question de fanfaronner. Et impossible de connaître le chiffre d’affaires de l’entreprise. « Nous sommes en pleine croissance grâce à l’extension du marché mais la concurrence est rude. »

Des surfaces calculées avec un smartphone

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seul, le système Bati-Kutch, développé par Synaptik (également filiale du groupe Poirot), a lui aussi été nominé au concours de l’innovation du salon. Catégorie « Informatique et Services. » Il s’agit là d’un nouveau logiciel permettant de quantifier les métrés. Il permet de dessiner, tracer et délimiter aussi facilement qu’un trait de crayon toutes les mesures souhaitées. « A partir d’une simple photo prise avec un smartphone et d’une échelle donnée au départ, le logiciel permet de calculer n’importe quelle surface de n’importe quel bâtiment » , explique le dirigeant vosgien. Un logiciel développé à l’origine pour Poirot construction et aujourd’hui commercialisé. 250 entreprises l’ont déjà adopté pour environ 140 € par mois. « Le système est intuitif, rapide et simple. Ici, nous avons la possibilité d’étendre notre clientèle et d’aller à l’international. Et après le salon, les retombées vont immédiatement arriver parce que des commandes ont déjà été passées. »

Unique sur le salon parisien, le système Bati-Kutch a, lui aussi, nécessité de lourds investissements. Et les risques qui vont avec. « Après, le produit est tellement innovant qu’il faut faire attention de ne pas être trop en avance sur son temps », conclu Yan Poirot. Histoire qu’innovation ne se confonde pas avec précipitation.